Une critique de Face Off: Game Face, le spin-off Chopped de l'émission Syfy

Une critique de Face Off: Game Face, le spin-off Chopped de l'émission Syfy

Le format Haché introduit à la télé-réalité s'est avéré être durable. Pas seulement pour la série Food Network, diffusée depuis 2009, mais pour d'autres séries qui ont produit des compétitions similaires avec des épisodes uniques qui suivent une structure similaire.

Le dernier est Confrontation : visage de jeu , ce qui est sans vergogne le même format : quatre concurrents, trois tours, trois juges, un prix de 10 000 $. La différence ici est que Game Face est une extension d'une émission à succès et apporte ses concurrents - et leur expérience, à la fois en tant qu'artistes et concurrents expérimentés de la télé-réalité - dans une version plus rapide de son concours habituel.

Le résultat est tout le meilleur de Face Off dans un ensemble plus compact et plus rapide.



Parce qu'il y a trois défis en une heure, tout est effondré et les peluches ne sont pas manquées : les juges parlent aux candidats et regardent les maquillages en même temps ; il n'y a pas de duplication de délibération et d'explication, juste la justification de l'élimination d'un candidat ; et il y a moins de McKenzie Westmore devant dire les mêmes choses ( Juges, pourquoi ne regardez-vous pas de plus près pendant que tout le monde avance rapidement dans mon dialogue ? ).

En tant que juge, Rick Baker s'estompe en quelque sorte à côté de Ve Neill et du nouveau juge Eryn Krueger Mekash, qui a travaillé pour American Horror Story et bien d'autres. autres films et émissions .

Les défis de la fondation Face Off ont désormais leur propre spectacle

Dans le premier épisode de Face Off: Game Face (Syfy, les mardis à 9h), les défis ont été posés aux candidats, qui sont tous des all-stars de retour, à l'exception d'un épisode qui sera diffusé plus tard cette saison, l'épisode pilote du spin-off. – pour créer des maquillages qui incorporaient quelque chose de physique ou étaient inspirés par une image.

Ils ressemblaient tous beaucoup aux défis de la Fondation plus petits et plus rapides qui précédaient le défi Spotlight sur la saison régulière de Face Off, donc si vous les avez manqués, c'est le spectacle pour vous.

Ils doivent essentiellement créer quelque chose à partir de rien en 90 minutes, ce qui est encore plus impressionnant que d'habitude.

Malgré les contraintes de temps - ou peut-être à cause d'elles - les maquillages finissent souvent par avoir l'air plus propres, plus réalistes et moins ressemblant à des masques que Face Off plus faible. dessins (comme beaucoup de cette dernière saison). Ils ne sculptent ni ne moulent, ils ne font que créer et peindre.

Il y a une autre différence notable par rapport à la série régulière: il semble avoir été tourné à une fréquence d'images plus élevée que Face Off, donnant au spectacle l'effet de feuilleton (quelque chose auquel j'ai une réaction viceralement négative sur nouveaux téléviseurs qui forcent ce mode , lissant l'action dans les films et émissions de télévision à 24 images par seconde en ajoutant des images supplémentaires et en les faisant ressembler à des feuilletons télévisés). Ça n'a pas l'air mal ici, juste sensiblement différent : plus net, plus immédiat, mais moins cinématographique.

Si cela donne un aperçu plus détaillé du travail de ces artistes, c'est encore mieux. Confrontation : visage de jeu fait certainement cela, et est un compagnon bienvenu de la série principale.