Une critique d'Encore!, la série de télé-réalité Disney + sur les retrouvailles musicales du lycée

Une critique d'Encore!, la série de télé-réalité Disney + sur les retrouvailles musicales du lycée

La série Disney+ Encore! réunit les membres de la distribution d'une production de lycée pour refaire le même spectacle, des années plus tard. C'est une cheminée enfumée d'une émission de téléréalité qui dégage de la chaleur et me fait constamment pleurer les yeux. Comme au lycée, cependant, il est facile de généraliser, mais sa réalité est beaucoup plus compliquée.

Sur les trois épisodes que j'ai vus jusqu'à présent— le pilote diffusé sur ABC il y a deux ans , et les deux premiers épisodes de Disney + - est considérablement différent.

La dynamique qui affecte la production - et les épisodes eux-mêmes - dépend en grande partie des individus impliqués. C'est vrai pour toutes les séries télé-réalité, bien sûr; saisons de Survivant ou alors Le vrai monde prennent vie ou disparaissent en fonction de leur casting.



Ce spectacle est exceptionnellement bien coulé, à la fois pour la logistique de réunir des personnes qui ont déjà joué ensemble au lycée, et pour qui ils sont en tant que personnes : compliqués, toujours vulnérables, même lorsqu'ils projettent des façades pour suggérer le contraire.

Les retrouvailles sont parfois joyeuses, mais ce ne sont pas des gens qui ont culminé au lycée et qui cherchent à revivre leur adolescence une semaine de plus. Certains d'entre eux étaient des étrangers les uns pour les autres même lorsqu'ils étaient au lycée, jouant dans la même pièce.

Zane, qui joue la Bête dans l'épisode 2 La belle et la Bête , dit, je ne veux pas faire ça. Je détestais le lycée. J'ai essayé de bloquer tous ces souvenirs stupides.

Bien sûr, il revient pour revisiter ces souvenirs, mais cette fois, il se produit sous les yeux de sa famille. Les plans de coupe des amis et de la famille des membres de la distribution dans le public ont été parmi les moments les plus émouvants pour moi; ils sont si pleins d'amour, de joie et d'affection.

Le premier épisode, qui se concentre sur une production de Annie , ressemble à une méditation sur le passage du temps : le renouveau survient 23 ans après l'original, et les acteurs ont beaucoup à travailler les uns avec les autres et avec eux-mêmes, compte tenu de l'endroit où ils se trouvaient et de l'endroit où ils se trouvent maintenant, de ce qu'ils ont ont abandonné et ce qu'ils ont à la place.

Mais l'épisode deux, qui suit une production de La belle et la Bête , n'a que 12 ans après l'original, donc ses membres de la distribution sont toujours dans la vingtaine et ne sont pas aussi immédiatement réfléchissants. (Leur directeur passe du temps avec eux à faire un exercice pour parler avec eux-mêmes au lycée, ce qui est un exercice fascinant.)

Alors que tous les acteurs travaillent avec des professionnels du théâtre – réalisateurs, chorégraphes et musiciens de Broadway et hors Broadway – cet épisode ajoute l'un des acteurs originaux de la pièce: Susan Egan, qui a créé le rôle de Belle à Broadway.

Elle comprend si bien les personnages que, tout en entraînant les acteurs qui jouent Belle et Mme Potts, elle se concentre sur quelque chose qui déverrouille immédiatement une chanson ou le mouvement d'un personnage pour l'acteur. Je regarderais toute une série d'elle travailler avec des acteurs dans des productions régionales : c'est un enseignement remarquable.

Même avec l'aide de réalisateurs de Broadway et d'acteurs formés comme acteurs de soutien, ce sont toujours des productions de niveau secondaire. D'accord, oui, il y a probablement de meilleures productions de lycée, et c'est probablement une des raisons - en plus du temps, bien sûr - pour que le montage ne nous montre que des fragments de la pièce réelle.

Je ne paierais pas beaucoup d'argent pour ça, dit le directeur musical Adam Wachter dans le Annie épisode, mais je voudrais quand même le voir.

Encore! , cependant, vaut à la fois la peine d'être payé (il n'est disponible que sur Disney +) et quelque chose que j'ai hâte de voir plus.

Kristen Bell ne fait pas de rappel de son Encore original ! rôle

Kristen Bell assiste à la performance d'Annie lors de l'épisode 1 de la série de télé-réalité Disney+ Encore.

Kristen Bell assiste à la performance d'Annie lors de l'épisode 1 de la série de télé-réalité Disney+ Encore. (Photo par (Eric McCandless/Disney+)

Dans le pilote ABC, Kristen Bell était une présence constante, comme Tim Gunn dans Piste du projet , offrant des conseils et du mentorat, et essentiellement l'animation de l'émission.

Dans l'épisode 1 de la série Disney+, elle se présente pour la performance ; dans l'épisode 2, elle est introuvable sauf dans l'introduction et le générique. (De nouveaux épisodes sortiront tous les vendredis; Disney Plus a fourni les deux premiers épisodes, celui d'aujourd'hui et celui de vendredi, aux critiques.)

C'est compréhensible: la logistique de passer une semaine à créer une production semble assez difficile sans également travailler autour du calendrier d'un acteur accompli et chargé.

La production se met en place en moins d'une semaine, ce qui est complètement fou. Il y a des acteurs de soutien, et une équipe qui s'occupe des décors et de la mise en scène, mais quand même : c'est beaucoup de travail.

Encore! nous donne des éclairs de ce travail, mais en dépasse l'essentiel, à moins qu'il n'offre un moment pour plonger plus profondément dans un personnage. Le spectacle parle plus des gens que de la pièce elle-même.

Ce qui est cohérent, c'est à quel point le spectacle et les pièces sont étrangement diffusés, à commencer par la star de Annie , qui s'appelle en fait Annie. Daddy Warbucks est joué par Jeremy, qui a survécu à un cancer infantile et est devenu chauve pour la plupart, mais craint toujours la calvitie totale parce que c'est la seule chose qu'il n'a pas pu contrôler pendant son traitement.

Dans La belle et la Bête , Gaston est joué par un mentaliste arrogant qui est toujours en mode performance, et fait une lecture palmaire d'un autre membre de la distribution et déclare qu'elle a des problèmes de santé. Lorsqu'elle a plus tard une réaction allergique, il profite de ce moment pour affirmer son diagnostic.

Ces liens avec leurs personnages peuvent être le produit d'un montage intelligent, et le spectacle dépasse cette surface. Mais peut-être que les acteurs ont été attirés par les personnages pour une raison.

Avant le casting de Annie jouer, Kristen Bell dit au casting que jouer est le moment où je me sens le plus vivant. Elle ajoute, j'adore partager cette communauté avec d'autres personnes qui savent ce que c'est que d'être sur scène et de se sentir comme quelqu'un d'autre, mais aussi plus soi-même que jamais.

Cela semble certainement être le cas pour ces membres de la distribution, qui précisent également qu'ils ne se connaissaient peut-être pas eux-mêmes.

Dans le Annie épisode, Sarah dit, Mais nous ne savions pas ça l'un de l'autre au lycée. Aucun de nous n'a partagé, et on ne nous a pas appris à aimer s'ouvrir et communiquer - vous pensez donc que vous êtes la seule personne à faire face à vos propres difficultés, mais, vous savez, il y a probablement tant d'autres enfants.

Et Jarron dit: Tout le monde a ses difficultés, peu importe à quel point vous pensez que sa vie est parfaite ou comment il donne l'impression qu'il l'a eue.

Dans Encore! , ils ne font plus semblant les uns avec les autres, seulement sur scène, et cela fait de la télé-réalité de premier ordre.