Jeff Probst ne fait plus Survivor pour les fans. Au lieu de cela, il le fait pour ces gens.

Jeff Probst ne fait plus Survivor pour les fans. Au lieu de cela, il le fait pour ces gens.

Survivant David contre Goliath est à moins d'un mois de ses débuts le 26 septembre, et l'annonce officielle de la distribution arrivera bientôt. Avant sa première, cependant, considérons une révélation que l'animateur et showrunner Jeff Probst a eu lors de la production de la saison 37.

Il y a eu un changement significatif dans l'esprit de Jeff Probst quant à la raison pour laquelle lui et son équipe créent Survivor, et cela signifie que l'émission n'est plus produite pour ses téléspectateurs et ses fans.

Depuis qu'il est showrunner, en charge de toute la production de Survivor, Jeff Probst s'est souvent concentré sur les fans de Survivor comme raison pour laquelle ils font le show. Il l'a souligné sur les réseaux sociaux et lors des réunions en direct.



En 2011, il a déclaré que les commentaires des fans sur Twitter avaient un impact direct sur la façon dont nous produisons l'émission, notamment en affectant le casting d'un rapatrié pour Survivor South Pacific.

En 2012, lors de une merveilleuse conversation avec Rob Cesternino , Probst a déclaré que Survivor est pour le public. Toujours. Et chaque question que je pose est pour le public.

Être le substitut du public pendant le Conseil tribal était l'une des nombreuses raisons pourquoi il était un hôte si exceptionnel et a remporté ce tout premier Emmy d'accueil de télé-réalité.

Mais Survivor n'est plus pour le public. Plus tôt cet été, Probst dit Dalton Ross d'EW que le spectacle est maintenant pour les candidats.

Survivant Ghost Island, Jeff Probst, Wendell Holland, Domenick Abbate, Laurel Johnson

Jeff Probst avec le trio puissant de Survivor Ghost Island, Wendell Holland, Domenick Abbate et Laurel Johnson. (Image par CBS Entertainment)

Jeff a révélé cela dans le cadre d'une réponse sur le temps difficile qui le casting de Survivor David contre Goliath enduré aux Fidji, ce qui a dynamisé certains membres de la distribution :

… nous constatons également que plus nous mettons de super fans, plus ils sont capables de le gérer. Parce que quand vous mettez quelqu'un dans cet environnement qui en rêve depuis des années et des années et des années, il ne veut pas abandonner. Ils ne se soucient pas de la force de la pluie ou du froid qu'il fait. En fait, d'une certaine manière, il améliore l'aventure parce que vous voulez tout. Vous ne pouvez pas avoir de haut sans bas.

Et cela a conduit Jeff à divulguer une révélation qu'il avait eue lors de la production de Survivor David contre Goliath :

J'ai fait une super expérience cet été. Lors du tournage de la saison 37, je me suis posé la question : Pourquoi fait-on ce show ? Et j'ai été surpris de la réponse. Parce que je pensais que nous l'avions fait pour le public. Mais en continuant à écrire, j'ai réalisé que non, nous le faisons pour les 20 personnes qui jouent. Nous mettons tout notre temps et notre énergie, nous quittons nos familles - ce qui devient plus difficile à chaque saison - nous endurons nos propres cyclones et nos misérables promenades en bateau et de longues journées dans la jungle afin de pouvoir offrir à ces 20 personnes une aventure qui peut changer le reste de leur vie. Et ça m'a vraiment ouvert les yeux. Et le sous-produit est que si vous ne jouez pas, vous pouvez le regarder à la maison pour la valeur de divertissement ou l'inspiration pour vous lever du canapé et venir y jouer la saison prochaine.

Récapituler:

  1. L'équipage fait de gros sacrifices (tout en faisant le travail pour lequel ils sont, espérons-le, payés)
  2. pour 20 personnes.
  3. Pas pour les téléspectateurs, qui peuvent vivre le divertissement comme un sous-produit,
  4. à moins que les téléspectateurs ne soient inspirés pour cesser d'être des ânes paresseux et devenir plutôt l'une de ces 20 personnes
  5. pour qui l'équipage se sacrifie énormément.

D'accord.

Lorsque J'ai écrit la nécrologie de Survivor en 2013 , j'ai déploré la façon dont la série valorisait le drame par rapport au jeu et au développement des personnages et se concentrait sans relâche sur les valeurs de Jeff Probst.

Hélas, je ne pense pas que les choses se soient améliorées au cours des cinq dernières années, même s'il y a eu quelques bonnes saisons.

Je suis content que Probst apprécie ses concurrents - euh, conteurs – mais valoriser le microcosme de l'expérience Survivor, au lieu de la façon dont des millions de personnes en vivent la version éditée, est décevant, et je dis cela en tant que l'un de ceux qui ont été déçus récemment.

Cela permet cependant d'expliquer pourquoi les rebondissements ont remplacé le drame humain et pourquoi ces dernières saisons ont été si plat et terne : les téléspectateurs et les fans ne sont pas au centre des préoccupations.

Bien sûr, je ne pense pas vraiment que Probst et sa société ignorent l'expérience de visionnage ; après tout, ils produisent une émission de télévision aux heures de grande écoute pour l'un des quatre principaux réseaux de diffusion qui continue d'attirer les cotes d'écoute et de gagner de l'argent.

Peut-être que ce genre de balancement dans l'autre sens était inévitable après les années d'efforts bien intentionnés de Probst pour plaire aux fans. Après tout, il est impossible de plaire à tous les fans - diable, je suis impossible à plaire, et je ne suis qu'un fan de Survivor.

Je ne veux pas de fan service de Survivor. Mais je ne veux pas non plus que Survivor oublie pourquoi c'est devenu une émission de télévision populaire: parce qu'elle a servi aux gens quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu auparavant, nous ravissant avec tout, des personnalités riches au soin et à l'attention accordés à la création de l'émission elle-même.